La Géorgie et les langues kartvéliennes

Autrefois les langues kartvéliennes étaient toujours classées dans le groupe linguistique caucasique (ou « caucasien »). A présent certains linguistes estiment qu’elles ne ressemblent pas aux langues caucasiques sauf par des emprunts ou influences réciproques. Dès lors ils considèrent qu’elles forment à elles seules un groupe linguistique distinct. Car les langues des autres sous-groupes  caucasiques présentent des ressemblances évidentes entre elles.

       Le géorgien dérive du karthli qui fut la langue de l’Ibérie du Caucase depuis le 4ème siècle avant notre ère. Il est devenu la langue officielle de la Géorgie, promue au rang d’Etat indépendant  depuis 1991. Le mingrélien et le svanète sont parlés dans le nord-est du pays ; le gourien et le laze dans le sud-ouest.  Des Lazes vivent encore aujourd’hui dans le nord-est de la Turquie, qui est la région d’origine de ce peuple. Les Tchans (nommés Chaones dans l’Antiquité) font partie de la nation laze. L’Imérétien est la langue d’une région située dans l’est de l’antique Colchide, autour de Koutaissi.

Ces langues kartvéliennes sont assez faciles à localiser car elles sont toutes parlées en Géorgie actuelle uniquement, à part quelques régions du Nord-Est de la Turquie. Elles possèdent un riche passé historique, avec la Colchide (pays de la Toison d’Or), le Lazique, l’Ibérie du Caucase (pour celle-ci, seulement à partir du 4ème siècle avant notre ère). Au 3ème siècle de notre ère, le Lazique résulte de l’occupation et de la domination par les Lazes de la Colchide. Ceci pour l’Antiquité… et puis on a la Géorgie à partir du Moyen-âge : elle constitue un regroupement des principautés chrétiennes de langue kartvélienne. Par rapport aux origines, elle se présente territorialement comme une union de la Colchide et de l’Ibérie du Caucase. Mais le pays est resté longtemps divisé à cause de la volonté autonomiste de certaines provinces et il fut occupé par diverses nations étrangères, finalement par la Russie.

La langue géorgienne possède son propre alphabet depuis le 3ème siècle avant notre ère. Il est toujours utilisé aujourd’hui. Il existait aussi un alphabet un peu plus ancien, qui lui a disparu… et dans lequel existent quelques inscriptions. Les premiers livres en langue géorgienne qui sont conservés, datent du 5ème siècle de notre ère et sont des textes religieux.

Dans l’Antiquité, les langues caucasiques non kartvéliennes sont représentées au Moyen-Orient surtout, avec le hourrite et l’ourartéen (dont les textes sont traduisibles). Il y en avait sûrement d’autres, mais elles n’ont pas laissé d’écrits. Les Ibères d’Espagne et des îles de Méditerranée occidentale ainsi que les Vascons (basques) parlaient très probablement eux aussi des langues de ce groupe (et non pas des langues kartvéliennes). Selon les auteurs antiques, ces Ibères méditerranéens sont originaires de l’Ibérie du Caucase (mais à une époque nécessairement très antérieure au 4ème siècle avant notre ère, donc avant la dynastie de langue karthli). On n’a pas encore réussi à déchiffrer les inscriptions en langue ibère d’Espagne. Quant au basque qui est toujours parlé aujourd’hui, c’est déjà une habitude prise par beaucoup de linguistes de le classer parmi les langues caucasiques.

J’illustre mon article avec une carte perso de la Colchide et de l’Ibérie à l’époque hellénistique.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s