Langues et dialectes malais

Le malais (bahasa melayu)  était la langue de communication entre les tribus d’ethnies diverses de l’Insulinde, déjà avant la colonisation européenne. Avec ses dialectes puis langues nationales, il constitue la branche principale du groupe linguistique malayo-polynésien (nommé aussi « austronésien »). Ces langues austronésiennes sont agglutinantes avec suffixes, préfixes et infixes. Elles sont donc très différentes de celles du groupe indo-européen et du groupe chamito-sémitique, par exemple.

Outre sa fonction commerciale, le malais fut surtout la langue officielle de l’empire du Srivijaya centré sur Sumatra et qui comprenait la province Malayu (qui donna son nom à cette langue). C’était une thalassocratie conquérante et commerciale qui n’hésitait pas à recruter les pirates locaux.  Cet Etat naquit vers le 7ème siècle de notre ère et tomba sous la domination javanaise au 14èms siècle. C’est dans cet Etat rival de Java (île où on parlait un dialecte local, toujours important aujourd’hui) que le malais est devenu une langue plus littéraire, avec quelques inscriptions dès les 7ème et 8ème siècles. Le malais a donc réussi à évincer le javanais et d’autres rivaux.

Les tribus parlant des dialectes malais très diversifiés étaient innombrables dans les actuelles Malaisie, Indonésie et Philippines surtout. Il est question de plus de 700 idiomes différents. Le malais était donc la langue standard de communication pour tous ces jargons. Il est aujourd’hui concurrencé par les langues nationales.

En effet, le malais a donné naissance à plusieurs langues nationales actuelles : le malaisien (bahasa malaysia,  langue nationale de Malaisie), l’indonésien, le philippin, ainsi que la langue officielle du Brunei et celle de Singapour. Il est essentiel de distinguer le malais, prototype traditionnel pour tous ces idiomes, et le malaisien, langue nationale de l’Etat de Malaisie. Le malais était parlé essentiellement dans l’Insulinde tandis que le malaisien est une langue « améliorée » avec notamment beaucoup de vocabulaire étranger afin de l’adapter au monde moderne et de lui permettre de traduire la littérature mondiale. Il en va de même pour l’indonésien et le philippin, qui sont au départ des adaptations locales du malaisien et du malais.

Le malgache est issu de langues malaises particulières, de Bornéo notamment (le maanjan). Par la suite il y eut de nombreux emprunts au bantou, à l’arabe, au français. Les Malgaches auraient émigré vers l’Afrique avant 200 de notre ère, donc avant que l’Insulinde devienne hindouiste. Ils ont conservé un culte des ancêtres qui ressemble à celui de l’Indonésie « primitive ». Ils n’ont rien emprunté au vocabulaire du sanskrit, contrairement au malais de Srivijaya.

 

Lien pour des précisions sur la langue :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Malais_(langue)

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s