Les Champs Catalauniques et la débâcle des Huns

La bataille décisive entre les Européens et les Huns et leurs alliés s’est produite en 451  dans une plaine de Champagne, les Champs Catalauniques. Le Romain Aetius en est le stratège et il est du côté de certains sédentaires qui rêvent encore de défendre l’Empire Romain d’Occident. Il conduit en personne les légionnaires romains (dont beaucoup sont des Gallo-Romains qui défendent leur pays). Ce ne sont pas les légionnaires qui vont décider du sort de la bataille mais bien les peuples qui ont pénétré dans l’Empire pour échapper à la domination des Huns. Ce sont les Wisigoths et les Alains Occidentaux (très cataphractaires) surtout. A ceux-ci s’ajoutent les Francs qui ont pénétré en Belgique romaine dans la future Flandre sans demander la permision : mais eux ne l’ont pas fait pour fuir les Huns dont ils étaient suffisamment éloignés mais pour posséder de nouveaux territoires. Les Francs comme les Romains sont surtout des fantassins et c’est la cavalerie qui doit emporter la décision face aux Huns.

Les Wisigoths auxquels les Huns ont enlevé leur royaume des steppes ont une vengeance à prendre et c’est eux qui mènent fougueusement ce combat. Ils sont bien épaulés par les cataphractaires alains occidentaux et par les Francs, qui sont aussi de rudes combattants. En face gageons que quand on s’aperçoit que les Huns ne progressent plus et commencent à reculer, la plupart des tributaires germaniques des Huns ainsi que la Alains Orientaux (les futurs Ossètes) lâchent prise et se débandent facilement face à leurs compatriotes.

Cette bataille est d’abord une revanche des Wisigoths et des Alains sur les Huns et elle va contribuer paradoxalement à démanteler l’Empire romain d’Occident au profit de ces anciens nomades (ou semi-nomades comme les Francs).

Les Germains alliés des Huns font sécession après cette défaite de leurs maîtres. Les Gépides et les Ostrogoths se révoltent en effet pour mettre fin à la domination des Huns sur certaines tribus germaniques et ils vainquent leurs anciens maîtres à la bataille de Nédao en +454.

Après cette défaite sanglante, les Huns refluent vers l’Est mais se maintiendront surtout dans une région comprise entre le Nord de la Mer d’Azov, le Don et le nord des monts du Caucase. Ils retrouvent là pleinement leur mode d’existence traditionnel, le pastoralisme nomade des steppes. Ils se divisent en 2 tribus principales, les Koutrigours à l’Ouest et les Outrigours au Sud-Est. Les Onogours et les Sabires vivent un peu plus au Nord, sans doute dans la vallée du Don Moyen ou de la Volga. Les Onogours ont dominé des Magyars et donnent leur nom aux Hongrois (qui gardent néanmoins leur langue finno-ougrienne). Cela explique probablement que les Hongrois du Moyen-âge vont s’installer en Pannonie en imitant les Huns.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s