L’Ethiopie ancienne après Axoum

« C’est le début du déclin d’Axoum, qui se confirme avec la naissance de l’Islam et l’hostilité du monde arabe, désormais. Les musulmans prennent l’Égypte ainsi que l’Iran et c’est eux qui vont contrôler tout le commerce entre la Méditerranée et l’Inde. L’Éthiopie se trouve subitement isolée comme pays chrétien dans la région. Au nord, les 3 royaumes nubiens chrétiens récemment créés préservent leur indépendance jusqu’au 13è siècle environ. Par la suite l’Éthiopie est donc entièrement seule au milieu de peuples musulmans. Les provinces abyssines proches de la côte et celles du sud comptent de plus en plus d’adeptes de l’islam.
La situation en Abyssinie semble confuse à partir du 7è siècle. C’est au 10è siècle qu’une nouvelle dynastie originaire du Lasta, les Zagwés, devient maîtresse de « l’empire éthiopien ». Elle se dit l’héritière des rois chrétiens d’Axoum. Mais elle ne réussit à prendre le contrôle effectif du pays qu’au 12è siècle. Elle serait en fait d’origine agao dans la région du lac Tana mais choisit comme capitale Lalibela dans le Lasta. La langue agao (kouchitique plutôt que sémitique) a pratiquement disparu de nos jours au profit de l’amharique (qui lui est une langue sémitique). La capitale dans un pays montagneux du centre du pays est donc suffisamment éloignée d’influences possibles de l’islam et la ville d’Axoum disparaît complètement à cette époque.
C’est en 1270 qu’une révolte renverse le dernier souverain zagwé au profit d’une nouvelle dynastie, la salomonide qui se dit descendante directe des rois d’Axoum. Cette dynastie chrétienne et de langue amharique va régner sans interruption sur l’Éthiopie jusquà la révolution de 1974. Il n’y a plus de capitale fixe : les empereurs vivent sous la tente dans des camps royaux temporaires, à la manière des souverains nomades.
Au 16è siècle, les Portugais naviguent jusqu’en Éthiopie en contournant l’Afrique. À partir de 1541, ils aident les Abyssins contre leurs ennemis musulmans puis ayant acquis un certain prestige auprès d’eux par leurs victoires, ils proposent à ces orthodoxes de se convertir au catholicisme. Ce changement fonctionne assez bien au début mais les conservateurs finissent par se révolter ! Une guerre civile s’ensuit et les orthodoxes l’emportent définitivement sur les convertis en 1632. Les Portugais en perdent tout crédit et c’est un échec complet pour leur projet de colonisation du pays.
C’est vers 1635 que l’empereur Fasiladas se fait construire un palais à Gondar, au nord-est du lac Tana. Signe de la présence croissante de l’islam, les musulmans sont obligés de vivre dans un quartier séparé du reste de la ville. Celle-ci restera capitale jusqu’en 1855. Lui succède alors Debra Thabor, à l’Est du lac Tana, puis en 1889, Addis Abeba, située beaucoup plus au sud et au centre de l’empire. A la fin du 19è siècle, l’empereur Ménélik II réalise d’importantes conquêtes vers le Sud. »
Pour illustrer, une photo du palais impérial de Gondar (image pixabay).


Ce texte est extrait de mon livre « Des Histoires d’Ethiopie » en lecture libre sur le site Atramenta. J’y présente divers peuples de ce pays : Axoum, Tigray, Amhara, Agao, Galla, Kaffa, Adal, Harari…
Possibilité de télécharger dans un format au choix. Pour lire sur le site, cliquer sur le lien puis sur la page du livre, cliquer en bas à droite sur « lire cette oeuvre ».
https://www.atramenta.net/lire/des-histoires-dethiopie/80175

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s