Les peuples du groupe linguistique ouralien dans l’Antiquité

« Les Gréco-Romains ne connaissaient presque rien de ces peuples trop nordiques, ancêtres des Hongrois, des Finlandais et des Estes. Dans l’Antiquité les Méditerranéens ne s’aventurent jamais dans les pays brumeux constamment couverts de neige ou de glace. Dans des régions proches de l’Océan Arctique ou du Golfe de Botnie, les Fenni vivent encore plus au Nord que les blonds Hyperboréens et pourraient donc être facilement amalgamés avec eux. Selon les archéologues, ils sont les ancêtres des Lapons, repoussés ensuite encore plus au Nord par les Finnois (Estes et Finlandais) venus plus récemment qu’eux de l’Est. Leur culture est « sibérienne » de l’âge de la pierre, avec animisme et chamanisme. Les pointes de leurs flèches sont en os. Tacite s’indigne à leur sujet : « Étonnante sauvagerie, hideuse misère, saleté de tous » !

Plus au Sud, les Aestes des rives de la Baltique parlaient, selon  Tacite, une langue proche du breton (de l’île de Bretagne). Tacite n’est sans doute pas un linguiste très fiable, mais ils sont sûrement indo-européens. Plus tard des Finnois occuperont leur pays et c’est eux qu’on nommera les Estes (dans l’actuelle Estonie).

À l’époque de l’empire romain, on situe des  Androphages sur l’Ienissei (loin de ceux d’Hérodote, sur le Haut Borysthènes ou Dniepr). Ce sont sans doute les ancêtres des Ostiaks dont la langue appartient au groupe « hongrois de l’Ob » (ou obougrien).

 Les gens qu’Hérodote nomme « Hommes aux pieds de chèvre » sont les habitants des monts de l’Oural, le lieu de naissance du groupe linguistique finno-ougrien.

Parmi les peuples tributaires de l’empire ostrogoth d’Ermanaric, Jordanes relève les Mordens (Mordves) et les Merens (Méryens). Ce sont des Finnois de la Volga.

Au +6ème siècle, le même Jordanes mentionne des Hunugures qui sont des Turcs tributaires des Huns puis des Bulgares. Ils domineront les Magyars finno-ougriens, qui de ce fait seront nommés également Hongrois. Au contact des tribus hunniques, les Magyars ont adopté la culture des steppes. Ils disposent d’une cavalerie légère avec arc et sabre. Ils deviennent ainsi très différents des Finnois et vivent beaucoup plus au Sud.

Jordanes toujours signale l’existence des Screrefennes au Nord de la Scandie et des Fenni. Ce sont des Lapons du Nord qui, sur la neige, se déplacent souvent avec des skis. Cette nation correspond à la Scricfinia du Moyen-âge, qui se trouvait au Nord de la Lappia (Laponie).

L’histoire des peuples de langue ouralienne est mieux connue à partir du Moyen-âge (époque que je ne traite pas ici). Un grand peuple finnois aujourd’hui disparu, les Tchoudes occupait dans l’Antiquité l’immensité des plaines russes autour de Moscou (qui fut un de leurs villages) jusqu’à la région de Novgorod (du Nord) et de Saint-Pétersbourg. Ils ne sont mentionnés qu’au moyen-âge mais ils étaient des autochtones très anciens dans ces lieux. Plusieurs groupes s’étaient détachés d’eux dont les Votes, les Vepses, les Lives (de Livonie), les Ingaren (d’Ingrie), les Ludes. Les Slaves les nommaient « les Monstres ». L’Etat de Kiev (slave) a englobé rapidement la presque totalité de leur pays. Il reste aujourd’hui 100 locuteurs du livonien, 300 de l’ingrien et 5.000 Ludes.

Au Nord des Tchoudes et au Sud-Ouest de la Mer Blanche, la Carélie demeure elle une région partiellement de langue finnoise. Beaucoup de Caréliens se sont réfugiés en Finlande lors de conflits avec les Russes.  

 Les deux Etats finnois actuels ont été créés suite à une invasion au Moyen-âge. Des Finnois ont fondé l’Estonie en s’emparant du pays des Aestes indo-européens. Les Suomi ont donné naissance à la Finlande en y soumettant les Lapons (et aussi des Caréliens ?).

Les peuples de langue finno-ougrienne sont les NON Indo-Européens les plus présents dans l’Europe actuelle, surtout avec les Etats de Finlande, de Hongrie, d’Estonie, mais aussi avec les Lapons et les Caréliens. En Sibérie Occidentale, dans la région des monts Oural et à l’Ouest de ceux-ci, existent encore des Zyriènes, des Votiaks, des Ostyaks, des Mansi et des Mordves. Ces monts constituent la limite entre l’Europe et l’Asie et, à l’Est de ceux-ci, les Samoyèdes sont donc plutôt des Asiatiques.

Les spécialistes s’accordent à considérer ce groupe linguistique comme originaire des monts de l’Oural. Leur origine et leur culture sont très nordiques voire boréales, ce qui les différencie des autres groupes présents en Europe actuellement. En plus de la Sibérie Occidentale, ils ont occupé une très grande partie des plaines de la Russie Centrale et du Nord avant l’arrivée des Slaves…  C’est un groupe de nations parfaitement autochtone en Europe depuis ses plus lointaines origines, et qui n’a jamais eu d’autre vocation qu’européenne (sauf en Sibérie Orientale).

Le lapon ou saami est une langue un peu différente du finnois. Elle a conservé une lointaine parenté avec le samoyède ainsi qu’une culture plus orientale (avec l’élevage du renne). Cette langue n’a pas possédé de littérature avant le 20ème siècle, ce qui ne facilite pas la connaissance de l’Histoire des Lapons… Le finlandais n’est pas écrit avant le 16ème siècle. Sa littérature ne devient importante qu’au 19ème siècle. Le Kalevala est fondé sur les légendes et le folklore caréliens, demeurés bien plus vivants et authentiques qu’en Finlande… L’estonien n’est écrit que depuis le 16ème siècle avec un alphabet original mais sa littérature démarre déjà au 17ème siècle. Elle est fort influencée par celle des grandes nations européennes voisines… Le premier texte en magyar (ou hongrois) date du 12ème siècle et la première œuvre littéraire est du 14ème siècle. En changeant de culture lorsqu’ils sont devenus guerriers et éleveurs nomades dans les steppes, les Magyars ont fait de nombreux emprunts aux langues turques (à commencer par le hun) et iraniennes. Quand ils ont occupé la Pannonie (devenue Hongrie) au Moyen-âge, leur langue subit surtout des influences latines et slaves. L’alphabet est latin. Le hongrois est donc devenu fort différent du finlandais et de l’estonien…

Comme tous ces peuples finno-ougriens n’ont possédé d’écriture qu’à une époque assez tardive et qu’ils ont vécu longtemps assez loin de toute « civilisation », leur histoire ancienne est surtout connue par l’archéologie (et elle reste mal connue). » 

(Ce texte est extrait de mon livre « Langues et origines des peuples de l’Europe antique ». Les auteurs antiques ne nous renseignent donc guère sur l’Histoire de ces nations dans l’Antiquité mais ils signalent quand même leur présence dans le nord de l’Europe et dans une partie de la Sibérie.)

Pour illustrer, une carte perso de l’Europe du nord-ouest à l’époque romaine : avec la localisation des Fenni que les historiens et archéologues considèrent comme les ancêtres des Lapons, les Finnois eux seraient arrivés au moyen-âge.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s