Rondeau parfait, un poème de Clément Marot

Un poème de Clément Marot (1496–1544) que je reprends dans « Mon anthologie poétique perso ». Lien pour lire le volume 3 sur le site Atramenta :

https://www.atramenta.net/lire/tome-3-des-poemes-du-15eme-siecle-et-du-debut-du-16eme/85460

Rondeau parfait : à ses amis après sa délivrance

En liberté maintenant me pourmaine,

Mais en prison poutant je fuz cloué :

Voylà comment fortune me démaine,

C’est bien et mal, Dieu soit de tout loué.

Les Envieux ont dit que de Noé

N’en sortirois : que la Mort les emmaine !

Malgré leurs dentz le noeud est desnoué.

En liberté maintenant me pourmaine.

Pourtant, si j’ai fasché la Court Rommaine,

Entre meschans ne fuz oncq alloué,

Des bien famez j’ay hanté le dommaine :

Mais en prison pourtant je fuz cloué.

Car aussi tost que fuz désavoué

De celle-là qui me fut tant humaine,

Bien tost après à sainct Pris fuz voué :

Voilà comment fortune me démaine.

J’eus à Paris prison fort inhumaine,

À Chartres fuz doulcement encloué :

Maintenant vays où mon plaisir me maine.

C’est bien et mal, Dieu soit de tout loué.

Au fort, amys, c’est à vous bien joué,

Quand vostre main hors du per me ramaine.

Escript et faict d’ung cueur bien enjoué,

Le premier jour de la verte semaine,

                   En liberté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s