La bataille de Little Big Horn

Datée du 26 juin 1876, cette bataille entre les Sioux qui dominaient la Grande Prairie du Nord et l’armée des USA succède à une série d’attaques de camps amérindiens avec de grands massacres par l’armée US. La méfiance s’installe donc chez les indigènes. Les Sioux n’en sont pas à leurs premiers combats contre l’armée des USA , et leurs anciennes victoires leur donnent de l’assurance.
Donc ce jour là le général Custer encercle un camp de guerriers nomades amérindiens des grandes plaines, composé de Sioux, de Cheyennes du Nord et d’Arapahos du nord. Il s’apprête à massacrer tout le monde, hommes, femmes et enfants et espère en retirer une forte promotion militaire pour sa carrière personnelle.

Custer divise ses forces en souhaitant encercler le camp qui se trouve à l’ouest de la rivière avec au nord le camp des Sioux Oglalas et Hunkpapas, deux tribus prestigieuses qui se sont déjà illustrées dans la lutte contre la colonisation de leur territoire par les blancs. Custer laisse au sud les officiers Reno et Benteen pour prendre l’ennemi à revers.
Le camp indien se compose des Sioux au Nord et des alliés Cheyennes et Arapahos au sud. Le commandant Reno qui a traversé la rivière avec ses troupes, lance la première attaque par le sud pour créer l’encerclement du camp, déclenchant ainsi la résistance des Indiens qui s’aperçoivent qu’ils sont menacés. Pas de chance pour Reno, il est repoussé par les forces du chef cheyenne Moon. L’encerclement du camp des Indiens est déjà compromis.
Custer avec une partie importante de son contingent s’est lui avancé vers le Nord-Est de la rivière sans la traverser. Il attend d’être informé de l’attaque de Reno pour franchir le cours d’eau et attaquer le camp par le Nord.
La réaction des Sioux est incroyable, ce sont des guerriers éprouvés et connus par leurs ruses de guerre. Ils ne se soucient plus des forces de Reno et Benteen au sud comme s’ils n’existaient pas. Depuis le camp amérindien, Crazy Horse, le chef de guerre principal des Sioux, traverse la rivière au nord de la position de l’armée de Custer. Pendant ce temps Gall, le chef des guerriers Hunkpapa franchit le même cours d’eau au sud des forces de Custer. Celui qui voulait encercler est désormais encerclé.
Les renforts arriveront trop tard. Les Amérindiens vont tourner autour de leur proie à cheval tandis que Custer a disposé ses soldats en cercle pied à terre et couchés derrière les chevaux pour résister à cette attaque inattendue. Custer à la longue chevelure est tué ainsi que ses 267 soldats. On prétend que ce général n’a pas pas été scalpé du fait qu’il est mort en brave. Les Amérindiens avaient donc des sentiments humains envers leurs génocidaires alors que l’inverse n’était nullement vrai. Les renforts du sud, bien prévus pourtant, préfèreront se retirer sans gloire après ce désastre complètement inattendu et la perte de leur chef.

Une réflexion au sujet de « La bataille de Little Big Horn »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s