Les Miao entre Chine et Indochine

Aussi nommés Hmong, les Miao comptent parmi les plus anciens autochtones de la Chine du Sud et du Centre. Pour les Chinois anciens, ils faisaient partie du peuple « Man », mot qui désigne sans doute une culture commune à diverses ethnies du sud. Pour échapper à la domination chinoise à laquelle ils ont toujours résisté, beaucoup ont émigré progressivement vers le sud. Ce sont surtout des montagnards dans les pays où ils se trouvent et où ils constituent une minorité marginale. Leurs groupes sont dispersés en Chine (notamment dans la région de Kaili), en Thaïlande, au Laos, au Vietnam et en Birmanie. Leurs croyances sont animistes. Ils cultivent l’opium. Leurs costumes traditionnels sont à la fois très colorés, d’une grande originalité et décorés souvent de bijoux somptueux. Leur langue est parente surtout du yao et présente quelques ressemblances avec le tibéto-birman, elle est donc classée souvent parmi les langues sino-tibétaines, ce qui ne fait pas l’unanimité parmi les linguistes. Il est vrai qu’avec le temps, les Miao ont adopté beaucoup de vocabulaire chinois. Leur langue possède aussi des affinités avec le malayo-polynésien et le thaï. Au début du vingtième siècle, le missionnaire méthodiste Samuel Pollard a créé une écriture particulière pour transcrire la langue miao.

Pour illustrer, une danse Hmong au Guizhou (image Pixabay)

Une réflexion au sujet de « Les Miao entre Chine et Indochine »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s