C’est triste, une maison vide…

Je prépare le tome 6 de mon anthologie poétique perso : la première moitié du 19è siècle, âge d’or du romantisme.

Un poème d’Eudoxie Rostopchina (1811–1853, Russie)

Vous penserez à moi, mais il sera trop tard,
Vers mes steppes déjà je serai repartie ;
Pour longtemps, pour toujours, cachée à vos regards.
Mon image, soudain par l’absence éclaircie,
Vous penserez à moi, mais il sera trop tard.

Vous passerez devant la maison triste et vide,
Où vous trouviez toujours un chaleureux accueil
Et vous demanderez, arrêté sur le seuil :
« Elle n’est donc plus là ? ». La calèche rapide
Vous emportant,… à moi vous penserez trop tard !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s