Péoniens et Dardaniens sur le territoire de l’Etat actuel nommé « Macédoine »

Le pays indépendant nommé aujourd’hui Macédoine est de langue slave car des Slaves l’ont occupé au début du Moyen-âge. Dans l’Antiquité il fut peuplé essentiellement par des Thraces : les Péoniens et les Dardaniens. Le thrace était une langue indo-européenne différente à la fois du macédonien, du grec et du slave. Le macédonien est une langue disparue tôt au profit du grec (par choix des souverains) : de ce qu’on en sait, le vocabulaire ressemblait fort à du grec mais avec une prononciation et une orthographe différentes. La Macédoine initiale où on parlait ce macédonien se situait en gros dans l’actuelle Macédoine grecque, au nord du pays, autour de Pella, Aegae, Béroéa et Edhessa. Il est probable que la langue macédonienne ne fut jamais parlée dans l’Etat actuel nommé Macédoine mais qu’on s’y exprimait surtout en grec, en plus du thrace, après la conquête du pays par les Macédoniens. En effet au temps des conquêtes de Philippe II, père d’Alexandre le Grand, la Macédoine antique était déjà complètement hellénisée (volontairement) et le macédonien y avait déjà pratiquement disparu. Certains historiens oublient trop volontiers l’existence des Thraces aujourd’hui car leur langue a cessé d’exister après la conquête romaine et plus tard celle des Slaves !
Je vous propose un extrait de mon livre « Langues et origines des peuples de l’Europe antique » pour vous présenter brièvement la Péonie et la Dardanie (d’Europe) avant et après leur conquête par les Macédoniens (puis par les Romains).
« La Péonie était déjà un pays important à l’époque de la guerre de Troie (vers −1300). Certaines sources la présentent comme une dépendance de la Troade. Elle possédait alors un village nommé « Amydon ». On n’a guère de précisions sur sa position géographique à cette époque. À l’époque grecque classique, elle se situe entre le haut Axios et la frontière orientale de l’Albanie actuelle, au nord-est des Lyncestes illyriens, au nord de la Pélagonie et au sud de Scupi (Skopje), ville dardanienne. Elle se trouve donc sur le territoire du pays qu’on nomme aujourd’hui « Macédoine » (et qui est à un tout autre endroit que la Macédoine antique, c’est-à-dire la Macédoine grecque actuelle). C’est un royaume : un souverain nommé « Audoléon » règne dans le courant du IVe siècle av. J.-C. Elle possède les villages Bylazora et Stobi. Elle dispose d’une excellente cavalerie et de bons archers. Contrairement aux Grecs, les Péoniens boivent peu de vin et fabriquent de la bière d’orge (c’est aussi le cas des Phrygiens). La Péonie domine la Pélagonie qui possède les bourgades Pelagonia et Styberra (Alissio). À l’est, leurs voisins les Dobères sont des Péoniens et sont également sous leur dépendance. Il existe aussi d’autres Péoniens, à des endroits différents et donc affranchis de la Péonie. Les Siriopéoniens sur le Strymon possèdent la ville de Siris. Les Agrianes, dans l’actuelle Turquie d’Europe, sont des sujets des Odryses tout comme les Laiaiens dans l’ouest de la Bulgarie. Les Paioples sont voisins des Édones à l’ouest du Strymon (parmi les tribus thraces indépendantes).
La Péonie est conquise et annexée par Philippe de Macédoine en -358. Elle n’est plus ensuite qu’une province de la Macédoine (ce qui explique peut-être que son territoire correspond à peu près aujourd’hui à l’État indépendant nommé « Macédoine »). Elle devient donc très hellénisée (puisque les Macédoniens adoptent volontairement la langue grecque sous la forme de la koinè).
Au nord de ce pays, la Dardanie est la contrée d’origine des Dardaniens de Troade. C’est donc une nation au moins aussi ancienne que la Péonie, et comme elle, une alliée d’Ilion dans l’Iliade. Des « Dardany » sont mentionnés dans des textes hittites. Le pays est plutôt isolé à l’époque classique, et son homonyme d’Asie est plus connu alors. Cet éloignement par rapport à toute forme de civilisation favorise néanmoins son indépendance. Mais à l’époque hellénistique, il devient un royaume d’une certaine importance. Celui-ci se situe dans le nord de la Macédoine, dans le Kosovo et dans le sud de la Serbie. Parmi ses villes, Scupi (Skopje) se trouve près de la frontière avec la Péonie. Sintia et Ulpiana sont dans l’actuel Kosovo et Naissus (Nish) en Serbie se trouve plus au nord. En raison du voisinage du grand royaume d’Illyrie, la langue illyrienne était couramment parlée en Dardanie. Néanmoins, l’origine thrace des Dardaniens est incontestable, en raison de son ancienneté. Il existe alors deux grandes tribus dardaniennes dans le pays : les Galabriens et les Thunates. Si le nom des Thunates est à rapprocher de celui des Thynes en Turquie d’Europe (tribu thrace soumise aux Odryses), celui des Galabriens pourrait être illyrien et ressemble à Calabria, une nation illyrienne d’Iapygie, en Italie du Sud. La Dardanie doit faire face aux attaques des terribles Gaulois scordisques mais demeure indépendante jusqu’à la conquête du pays par les Romains en −28. Elle est alors rattachée à la province de Mésie. » En effet la Dardanie avait recouvré son indépendance à une époque qui se situe après la mort d’Alexandre le Grand.

Pour illustrer, une carte perso avec les noms de peuples et de villages de ces régions au 5è siècle avant notre ère. La Macédoine et ses villages à l’époque sont écrits en vert encadré par un rectangle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s