Les Leni Lenape du fleuve Delaware

Les Leni Lenape furent la tribu principale des Amérindiens Delaware. C’est un peuple de langue algonquienne vivant initialement au New-Jersey, en région de l’actuel New York et en Pennsylvanie. Contrairement à ce que leur nom fait croire, ils n’auraient pratiquement jamais vécu au Delaware mais ils se trouvaient près du fleuve Delaware qui traverse plusieurs Etats. Ils étaient composés de 3 groupes principaux : les Munsee, les Unami et les Unalachtigo. Ils étaient environ 12.000 lorsqu’ils ont rencontré les Européens au 17è siècle. La population lénape de la Nouvelle Amsterdam (New York) fut confrontée aux colons hollandais. En 1643 ceux-ci massacrèrent un grand nombre de membres de leur tribu près de leur colonie Pavonia. Il s’ensuivit une attaque meurtrière de Pavonia par les Lenape en 1655, puis en 1659 leur chef Esopus continua à combattre les Néerlandais. En 1682 le Quaker William Penn acheta des terres des Delaware et les convertit au christianisme. Vers 1720 les Lenape ont été soumis par les Iroquois qui les ont considérés alors comme des femmes parce qu’ils devaient se consacrer uniquement à l’agriculture pour eux comme les femmes iroquoises (pendant que les hommes iroquois faisaient la guerre ou chassaient). Mais les Leni Lénape émigrèrent bientôt pour échapper à cette emprise et gagnèrent l’est de l’Ohio où ils se joignirent à des Mohicans et à des Hurons. Ils ont participé à la révolte de Tecumseh et de Pontiac. Par la suite ils ont dû émigrer vers l’ouest pour échapper à la domination des colons anglais. Aujourd’hui ils sont très dispersés sur divers territoires amérindiens, certains d’entre eux en Oklahoma.
Le wampum des Leni Lenape nommé « walam olum » raconterait l’émigration des peuples algonquiens depuis le nord-ouest du continent, par navigation sur les grands lacs du Canada puis des USA actuels, jusque sur les côtes de l’Atlantique. L’authenticité de ce document a été récemment mise en doute. Mais même si c’est un faux, le soi-disant traducteur de ces pictogrammes qu’il aurait dessinés lui-même en 1836 (Constantin Samuel Rafinesque), aurait quand même créé un récit qui comporte un intérêt historique puisque s’appuyant certainement sur des sources orales algonquiennes du début du 19è siècle.
Les Leni Lenape parlaient une langue algonquienne particulière et il restait 310 locuteurs de leur parler en l’an 2000.

Pour illustrer, une vue sur le fleuve Delaware (photo libre de droit de unsplash).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s