Les Bara de Madagascar, nomades et guerriers

Ce peuple du sud de Madagascar, voisin des Betsileo et vivant sur les plateaux centraux du sud, dans des savanes, serait surtout d’origine bantoue. Ces éleveurs nomades ont possédé les plus grands troupeaux de zébus de l’île. La dynastie sakalave Maroserana aurait d’abord dominé les Bara. Puis les Mahafaly du sud-ouest de l’île ont imposé une autre dynastie aux Bara, les Zafimanely. A la fin du XIXe siècle, les Bara se sont divisés en de nombreux royaumes et certains d’entre eux ont su résister à la domination des Merina, en pleine expansion à cette époque. Les nobles Zafimanely ont continué à dominer ces royaumes mais la colonisation française a dissous leur pouvoir en 1897. Par la suite les Bara se sont soulevés à diverses reprises contre les Français. La religion chrétienne est peu répandue chez eux : ils sont restés très animistes. Ils adorent certains arbres aux branches desquels ils suspendent des offrandes. Ils pratiquent un culte des ancêtres et vénèrent les forces de la Nature. Autrefois les jeunes hommes devaient prouver leur virilité en volant du bétail pour l’offrir à la famille de leur future épouse. Ce rite est interdit de nos jours mais il existe toujours de nombreux voleurs devenus hors-la-loi. De ce fait beaucoup d’anciens éleveurs bara ont changé leurs activités et sont devenus agriculteurs. Il existe toujours des sortes de rodéo où les jeunes hommes courent derrière les zébus lâchés devant eux : ils doivent sauter sur leur dos en s’accrochant à leur bosse et tenir le plus longtemps possible sur l’animal. Il existe aussi des concours de lutte pour jeunes hommes. La danse du “Papango” est la plus connue : un homme perché en haut d’un poteau de bois mime l’envol d’un oiseau de proie. Les femmes fabriquent des vêtements en coton ou en soie de production locale. Bien que le type humain semble être surtout africain, la langue régionale est un dialecte du malgache. Ils possèdent toujours leur propre roi et tiennent jalousement à leur indépendance. Ils ont la réputation d’être les meilleurs guerriers de l’île. Ils seraient plus de 700 000 aujourd’hui. Quelques milliers d’entre eux vivent à La Réunion.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s