Des toponymes « celtiques » dans une grande partie de l’Europe

Après quelques anthroponymes gaulois, je propose quelques noms de villes ou villages, de simples exemples parmi tant d’autres ! On remarquera que le même nom gaulois peut avoir été donné à plusieurs localités, parfois très éloignées l’une de l’autre. Ce n’est pas surprenant que les noms gaulois se trouvent assez souvent dans des régions aujourd’hui de langue germanique : en occupant ces villages, les Germains en ont simplement gardé au début le nom initial : en Hollande, en Grande Bretagne, en Allemagne du Sud, en Autriche, en Suisse… Certains ont fait partie de l’empire romain avant de devenir germaniques.

 Voici donc un extrait de mon livre : « Langues et origines des peuples de l’Europe antique » à ce sujet :

«  Ces localités sont innombrables et, dans l’ensemble, on reconnaît facilement qu’elles sont gauloises. Il existe quelques suffixes importants. Je donne ici les formes latinisées. Le suffixe dunum indique qu’il s’agit d’une ville fortifiée sur une hauteur : Lugdunum, « ville de Lug » (Liegnitz en Autriche, Leyde en Hollande, Saint-Bertrand-de-Comminges en Aquitaine, Lyon…). Cambodunum, « ville du méandre » (Kempten près du lac de Constance, Chambord). Noviodunum, « ville neuve » (Drnovo en Slovénie, Neung en France). Tarodunum, « ville du là j’ai trouvé :taureau » (Heidengrassen en Allemagne dans les champs Décumates). Bragodunum, « ville des marais » (Hockenheim chez les Némètes, Allemagne). Suffixe magus pour un village de marché en plaine. Vernomagus, « marché près des aulnes » (Vérone) ; Noviomagus, « le nouveau marché » (Spire, Nimègue en Hollande) ; « Condatomagus », « le marché du confluent » (La Graufesenque chez les Rutènes). Suffixe durum pour une ville fortifiée avec marché. Salodurum, « le marché du sel » (Soleure en Suisse). Boiodurum (Innstadt, sud-est de la Bavière). Liciodurum, « le marché de la Lesse » (Lissoir en Belgique). Suffixe bona pour une fondation nouvelle, un village neuf. Radasbona (Ratisbonne), Bona (Bonn). Vindobona, « la ville neuve blanche » (Vienne en Autriche, Vienne en France). Ossobona, « ville neuve des cerfs » (en Lusitanie). Suffixe briga pour un fort sur une éminence, une citadelle – Conimbriga (Condeixa en Lusitanie), Eccobriga (en Galatie de Turquie). Segobriga, « la citadelle de la victoire » (Cabeza del Griego, près de Cuenca, chez les Celtibères). Suffixe rate pour un enclos fortifié, une forteresse. Argentorate, « la forteresse de l’argent » (Strasbourg). En préfixe : Radasbona, « la ville neuve fortifiée » (Ratisbonne). Suffixe acum pour indiquer la possession (domaine de). Bagacum avec bago, « hêtre » : « le domaine du hêtre » (Bavay en Gaule belgique). Lauriacum (Lorch, en Norique). »

En illustration une photo de la statue d’Ambiorix, roi des Éburons (image Pixabay)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s