Les inscriptions antiques en langues celtiques

« Les premiers textes gaulois connus datent du -7eme siècle (avant notre ère) et sont l’œuvre d’un peuple alpestre assez particulier, les LÉPONTES, qui, fait remarquable, possèdent leur propre alphabet, dérivé de celui des étrusques. Avec une telle datation, rien de surprenant à ce qu’il s’agisse d’une langue qui présente de nombreux archaïsmes. Leur culture est celle de Hallstatt. Bien qu’il appartienne au groupe Gall, le lépontique est fort différent du celte (de France). Les archéologues associent volontiers cette langue à la « culture de Golasecca » présente dans la région de Côme. Certains de ces écrits se trouvent sur le territoire des Insubres, peut-être un peuple ancien de la région mais qui a rapidement évolué vers la culture de La Tène.Les dernières inscriptions datent du -2ème siècle. Des Gaulois Cisalpins ont repris l’alphabet lépontien.

Le celtibère est transcrit en « alphabet » des Ibères, mais un peu adapté. On ne dispose que de quelques textes, surtout sur des plaques de bronze, des pièces de monnaie, des amphores… L’écrit le plus long a été trouvé sur le site de l’antique Contrebia Belaisca (Botorrita), une ville des Belli (tribu celtibère). La langue reste assez mal connue mais les inscriptions attestent qu’il s’agit bien de gaulois (et non d’ibère, par exemple). Elle présente beaucoup d’archaïsmes et elle est goïdélique. Elle comporterait quelques ressemblances avec le lusitanien. Ce peut être dû à un substrat ligure local (le lusitanien étant probablement du ligure). Certains linguistes considèrent que le gallaïque (de Galice) ressemble au celtibère.

Le picte d’Ecosse (du groupe gall comme le gallois) est surtout connu par l’onomastique. Les textes en écriture oghamique restent mal déchiffrés et ils transcrivent aussi, par ailleurs, une langue non-indoeuropéenne locale. Les noms de tribu et l’onomastique montrent qu’il s’agit d’une langue gauloise différente du brittonique et sans doute plus proche du celte de France. Mais si ces Albioniens sont restés longtemps attachés à la culture de Hallstatt comme je le suppose, ça doit se refléter aussi dans leur parler. Le picte possède néanmoins du vocabulaire en commun avec le gallois. Il disparaîtra sans avoir utilisé l’alphabet latin.

Le celte et d’autres langues gauloises continentales sont écrits dans un alphabet grec ou latin. Les plus anciennes inscriptions en alphabet grec remontent au -3ème siècle et au  -1er pour le latin. La plupart ont été trouvées dans la France actuelle mais des écrits gaulois en alphabet lépontien ou latin existent aussi en Gaule Cisalpine, par exemple. La borne bilingue de Verceil (chez les Libiques) est écrite en langue latine avec une traduction en gaulois (dans un alphabet lépontien). En France, on dispose quand même de pas mal de textes, ce qui permet de posséder une connaissance élémentaire de la langue et de la comparer aux parlers insulaires toujours existants. On possède surtout des calendriers et le plomb du Larzac, une œuvre de sorcellerie. Le celte de France est la langue gauloise du groupe Gall probablement la plus évoluée, quoiqu’elle semble cultiver parfois de curieux archaïsmes. En tout cas elle reste bien indo-européenne, contrairement aux langues insulaires qui semblent avoir été influencées dans leur syntaxe et leur morphologie par une langue d’un autre groupe linguistique.

On n’a découvert que de très courtes inscriptions en dialecte « norique ». Par exemple, à Grafenstein en Carinthie, une tuile portant un message.Et aussi un vase avec nom du propriétaire (gaulois) à Ptuj en Slovénie Orientale. L’onomastique et les témoignages des auteurs antiques confirment qu’il s’agit bien d’une langue gauloise. Et Hallstatt est dans la région.

Ce qu’on connaît des langues plus orientales, qualifiées habituellement de galates, ressemble fort à du celte de France. Il en va de même pour la langue des Belges. Les inscriptions en Galatie (de Turquie) ne comportent que des noms de personne (bien gaulois). Le mot grec « Galate » se traduit par « Gallus » (Gaulois) en latin et a exactement la même signification. Les Gaulois de France peuvent donc être nommés « Galates » dans des textes grecs. Sur le site de Manching en Bavière, on a trouvé un graffiti avec le seul mot « Boios ».  A Berne, chez les Helvètes, une courte inscription sur une tablette de zinc porte notamment le nom de la ville en gaulois (Brénodôr, =Brenodurum en transcription latine). A Vindonissa (Windish), une bague porte une dédicace. Autres dédicaces : à Gembloux (en Belgique actuelle), sur une plaque en or. À Reims (en Gaule Belgique), sur une bague.

Les inscriptions de Lusitanie, d’Asturie et de Cantabrie, dans une langue indo-européenne très archaïque, diffèrent un peu du gaulois et transcrivent sans doute un dialecte local du ligure (avec de probables influences ibères et gauloises).

Par ailleurs, dans l’Antiquité toujours, les noms propres gaulois (toponymes, anthroponymes, noms de divinités…) sont excessivement nombreux car on en a recensés dans la plus grande partie de l’Europe. Ils peuvent apparaître dans des inscriptions purement latines, en plus de la littérature gréco-romaine. Certains mots ligures peuvent aussi être exactement semblables au gaulois (notamment pour des noms de villages ou de divinités de Provence ou des Alpes). »

Ce texte est extrait de mon livre « Langues et origines des peuples de l’Europe antique » visible sur Amazon notamment.

NB. Quand je mets le signe ‘–’ devant une date, cela signifie qu’elle est « avant notre ère ».

Le ligure est une langue indo-européenne occidentale plus archaïque que le gaulois et dont l’existence en Europe Occidentale remonte à l’âge du bronze (et non à l’âge du fer comme pour le gaulois). Une sorte de pré-gaulois comme le mycénien est du grec beaucoup plus ancien que le grec de l’âge du fer (ionien, dorien). Je pense que le gaélique, langue archaïque, a une origine ligure mais qu’il a été fort influencé par les langues celtiques de diverses tribus qui ont envahi l’île à l’âge du fer et qui portent des noms bien gaulois. Il existe quelques inscriptions antiques en oghamique de langue gaélique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s